Canopé, le réseau national de documentation pédagogique, réseau de création et d'accompagnement pédagogique, vient de publier un intéressant ouvrage sur l'histoire des documentalistes, et donc de la documentation tout au long du 20ème siècle  : "Documentalistes : leur histoire de 1900 à 2000" sous la plume de Marie-France Blanquet.

Un siècle essentiel pour l'histoire de l'information-documentation

C'est en effet sur ce siècle, presque dans son entier, que peut se situer la naissance du double concept de l'information et de la documentation et des métiers qui s'y sont associés. On peut en effet situer la première trace du concept avec la création, le 12 septembre 1895 à Bruxelles, de la Fédération internationale pour l'information et la documentation (FID).  Et c'est donc tout au long du siècle qui suit que les grands jalons historiques du concept et du métier vont s'écrire.

Cette histoire permet de bien suivre l'itinéraire d'un concept (information et documentation, dès l'origine étroitement liés) et de métiers, d'abord attachés au support papier, quasi-universel sur une très longue période, même si, assez tôt, les microformes apparaissent mais plus comme un outil de conservation et d'archivage, puis prenant lentement en compte, avec beaucoup de réticences dans un premier temps, la dimension numérique qu'aujourd'hui plus personne ne peut ignorer.

Vingt années de mutation parfois difficiles

C'est entre autres cette difficile bascule d'un métier bardé des méthodes trop attachées au support qui est évoquée dans le chapitre "Le documentaliste  : métier et image" qui étudie sous l'angle historique, sans passion donc, cette mutation parfois douloureuse, en gros entre 1980 et 2000. C'est l'occasion pour les auteurs de citer Les Infostratèges, notamment à plusieurs reprises notre article "Le métier de documentaliste : un malentendu depuis plus de trente ans".

Il est permis d'espérer que cette difficile mutation tend à se résorber :

  • Comme on l'a dit le numérique est aujourd'hui évidemment omniprésent dans la gestion de l'information-documentation à tel point que même l'adjectif "incontournable" paraîtrait dérisoire ;
  • Les professionnels les plus récalcitrants sont peu à peu remplacés par les nouvelles générations ;
  • Les formations à l'information-documentation prennent enfin en compte tout l'univers numérique, dans une émulation dont la multiplication de l'offre est l'aiguillon : de nombreux mastères universitaires font aujourd'hui concurrence, avec plus ou moins de bonheur, avec les grandes formations établies comme l'INTD, l'ENSSIB et quelques autres.

En savoir plus

Voir la présentation consulter un extrait et commander l'ouvrage sur le site du réseau Canopé  :
www.reseau-canope.fr/notice/documentalistes.html

Voir la série d'articles que nous avions réalisés voici quelque dix ans sur la mutation du métier, ainsi que l'article de Jacques Chaumier :