Le Web 2.0 est devenu - en quelques mois - un terme incontournable dans le monde de l'Internet. Petit retour historique sur la genèse de ce concept qui prétend révolutionner les pratiques du Web.

2003 : À l'occasion d'une réunion de préparation d'une conférence, Dale Dougherty - cofondateur de la société d'édition O'Reilly Media - réfléchit aux transformations du Web. Il lance alors le terme Web 2.0 et, pour illustrer sa pensée, évoque quelques exemples comparatifs. Ainsi, DoubleClick serait du Web 1.0 et Google AdSense, du Web 2.0 ; Ofoto, du Web 1.0 et Flickr, du Web 2.0.

Octobre 2004 : Première conférence Web 2.0

Octobre 2005 : Lors de la deuxième conférence Web 2.0., Tim O'Reilly expose les 8 principes clés qu'il estime caractéristiques des applications Web 2.0 (“What Is Web 2.0 : Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Softwarehttp://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html) développant - par là même - sa dimension de phénomène social.
Parmi les points les plus importants, il faut surtout retenir : le Web transformé en véritable plateforme ; le développement d'une architecture de participation ; des outils qui restent longtemps en version béta car en constante amélioration ; le logiciel au-delà des machines permettant l'assemblage d'outils et de services indépendants les uns des autres ; l'importance des données publiées par les utilisateurs et qui s'apparentent à des « connaissances implicites ».
Tim O'Reilly propose également, le 1er octobre 2005, une première définition compacte en ces termes : « Web 2.0 is the network as platform, spanning all connected devices; Web 2.0 applications are those that make the most of the intrinsic advantages of that platform: delivering software as a continually-updated service that gets better the more people use it, consuming and remixing data from multiple sources, including individual users, while providing their own data and services in a form that allows remixing by others, creating network effects through an "architecture of participation," and going beyond the page metaphor of Web 1.0 to deliver rich user experiences. » (1) Source : (http://radar.oreilly.com/archives/2005/10/web_20_compact_definition.html)

Il n'en reste pas moins que les définitions les plus variées sont apparues autour de ce concept de Web 2.0. L'un des connaisseurs de ce phénomène - le consultant Dion Hinchcliffe - propose finalement de se baser sur une autre définition compacte rédigée par Tim O'Reilly. Le Web 2.0 est ainsi décrit de cette manière : « Networked applications that explicitly leverage network effects » autrement dit « des applications reliées entre elles qui accélèrent les effets de réseau ». Mais l'accent doit être également mis sur la combinaison « Lecture - écriture - exécution ». Ainsi, l'internaute n'est plus un simple consommateur d'informations. Il peut désormais facilement devenir un acteur du réseau et un producteur d'information.

|cc| Fabrice Molinaro - décembre 2006

Notes :

1. "Le Web 2.0 est le réseau en tant que plateforme, enjambant tous les dispositifs reliés ; les applications du Web 2.0 sont celles qui tirent le meilleur des avantages intrinsèques de cette plateforme : fournissant un service de logiciel mis à jour en permanence, offrant plus et mieux aux utilisateurs, consommant et ré-agençant des données des sources multiples, incluant les particuliers qui peuvent fournir leurs propres données et services sous une forme qui autorise le retraitement par d'autres, créant des effets de réseau au travers d'une « architecture de participation, » et allant au-delà de la métaphore de page du Web 1.0 pour fournir des expériences riches d'utilisateur." (traduction les-infostratèges).

 

Sommaire | Regards sur le web 2.0 >>