Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif de veille, il convient de repérer les listes de discussion et les listes de diffusion qui pourraient apporter de l'information pertinente.

Parmi les outils à utiliser dans un dispositif de veille, les listes de discussion et les listes de diffusion occupent une place importante (voir notre article sur le sujet). En effet, celles-ci permettent à l'utilisateur d'être tenu au courant à chaque mise à jour d'un site web ou bien tout simplement d'échanger des informations avec un groupe de personnes intéressées par un même sujet.
Toutefois, vu le flou existant dans le domaine, il convient - pour commencer - de bien faire la distinction entre une liste de discussion et une liste de diffusion. La première permet aux membres d'une même liste de discuter et d'échanger des informations par e-mail. Ces listes sont, en général, spécialisées dans un domaine donné (les marchés publics, l'intercommunalité, le monde des logiciels libres, etc.) et regroupent donc des utilisateurs partageant les mêmes centres d'intérêts.
Quant à la seconde - encore appelée lettre d'information - elle permet simplement au propriétaire de la liste de diffuser des informations à tous ses abonnés. Les membres de la liste de diffusion reçoivent donc régulièrement des informations sans pouvoir répondre publiquement au message directement par la liste. Ces outils n'ont donc pas pour but de favoriser les discussions entre les abonnés. Comme son nom semble l'indiquer, ce type de liste se contente de diffuser une information générale ou spécialisée.

Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif de veille, il convient de repérer les listes de discussion et les listes de diffusion qui pourraient apporter de l'information pertinente.
Comment procéder ?
Une fois que le domaine de la veille a bien été délimité, il faut trouver des sites web de référence sur la question. Ce travail de détection des ressources peut aussi bien s'effectuer via les moteurs de recherche (Google) que par les répertoires (Guide Yahoo !, Dmoz, Guide de Voila).
Dans un moteur de recherche comme Google, il ne faut pas hésiter à lancer des requêtes assez larges ("marchés publics", "collectivités locales", etc.) ou plus ciblées en croisant des expressions ("liste de discussion" "collectivités locales").
Outre les répertoires généralistes cités ci-dessus, une recherche dans un moteur permettra peut-être de trouver des répertoires spécialisés sur un sujet donné. Mais il faudra aussi parfois compter sur des répertoires de listes. Il en existe quelques-uns mais leur qualité est parfois inégale. Nous pouvons mentionner - à titre d'exemple - le répertoire de listes Francopholistes (http://www.francopholistes.com/) ou encore Territorial (http://www.territorial.fr) qui propose une sélection de listes dédiées aux Collectivités locales. Mais il est aussi conseillé de s'intéresser aux listes créées sur des espaces offerts par des poids lourds du Web : Groupes Yahoo ! (http://fr.groups.yahoo.com/) ou encore Groupes Google (http://groups.google.fr).
Enfin, une fois certains sites repérés, il est fortement encouragé de s'intéresser aux liens conseillés sur ces derniers. C'est de cette manière que l'on peut commencer à recomposer le puzzle d'un réseau existant et ainsi de dresser un panorama de sites de référence sur un sujet donné.
Il ne reste plus qu'à bien classer les ressources dans un dossier de Favoris (pour Internet Explorer) ou de Signets (pour Firefox) puis de s'inscrire aux listes de diffusion et aux listes de discussions proposées par les sites.
Commence alors une période d'expérimentation pour mesurer la qualité de telle ou telle liste. Si certaines se révèleront pertinentes, d'autres pourront finalement paraître trop « bavardes » ou au contraire trop silencieuses faute d'animateurs. Cette phase de test peut alors se conclure par un processus de recentrage autour de quelques listes.

Les avantages apportés par les listes dans un processus de veille sont assez importants. Dans le cas des listes de diffusion, l'utilisateur est alerté par e-mail lorsqu'un site web publie de nouvelles informations. Il n'est donc plus nécessaire de se rendre chaque jour ou chaque semaine sur le site en question. L'information vient à l'utilisateur qui aura ensuite tout le loisir de cliquer sur le lien d'un article qui l'intéresse pour en savoir plus. Aucune information ne peut ainsi lui échapper même en cas d'absence pendant quelques semaines. Une fois de retour, l'utilisateur n'aura plus qu'à consulter ses e-mails pour prendre connaissance des nouveaux articles publiés sur les sites surveillés.
Quant aux listes de discussion, celles-ci apportent des avantages de nature différente. Cette fois-ci, il est possible d'interagir avec les membres d'un réseau professionnel. Une telle liste permet à chacun de faire profiter d'expériences, de répondre à des questions précises tout en suivant les sujets d'actualité et les nouvelles problématiques dans le domaine concerné.
Par ailleurs, la communication est facilitée dans la mesure où chaque membre peut dialoguer avec l'ensemble des abonnés. Et cela quelle que soit la distance géographique qui les sépare. Ainsi, dans le cas d'une liste spécialisée en Ressources Humaines, un DRH de la Réunion pourra facilement poser des questions à un DRH de Lille.
Comme pour les listes de diffusion, l'information vient à l'utilisateur. Les échanges de la liste de discussion lui parviennent directement dans son mail.

Un dispositif de veille - pour être efficace - ne peut donc pas aujourd'hui faire l'économie d'une sélection pertinente et de l'exploitation raisonnée de listes de discussion et de diffusion.

|cc| Fabrice Molinaro - juin 2006

Voir aussi :

Listes de discussion et de diffusion

<< Mettez un agenda électronique dans votre veille | Sommaire | Les alertes Google : un outil au service de la veille >>