Les flux ou fils RSS (en anglais RSS feeds) sont devenus l'un des sujets à la mode dans le secteur de l'information documentation connaissance. La littérature technique ne manque pas sur ce sujet. Mais il existe assez peu de documents précisant simplement à quoi peuvent servir les flux RSS ou le format concurrent Atom.

Après notre premier article concernant l'historique et les définitions précises de cette technologie, nous nous penchons ici sur les divers usages qu'elle permet. Un autre article présente un panorama des lecteurs RSS. Et un article présente le récent format Atom.

Toutes les utilisations des flux RSS/Atom ont en commun l'accès à des informations diffusées par divers sites, sans accéder aux sites en question. Dans les lignes qui suivent, notre présentation des flux RSS vaut aussi pour le plus récent format Atom sans que nous ayons répété le double nom à chaque fois.
L'autre point commun est que la mise à disposition de fils RSS est une décision prise par les concepteurs du site. On repère facilement si un site offre un fil RSS par le logo présent sur la page d'accueil et pointant en général vers le code source du flux.
Plusieurs grands types d'usages peuvent être distingués.

Lire des fils de nouveautés de toutes natures

Une lecture centralisée

Un flux RSS permet avant tout de lire les nouveautés diffusées sur un site ayant choisi d'établir un fil sur celles-ci, un peu comme le fil d'actualité d'une agence de presse, d'où le terme de fil RSS. L'utilisateur peut ensuite parcourir dans une seule application l'ensemble des nouveautés mises en ligne sur les sites qu'il veut suivre, sans avoir à se porter sur chaque site.
Le lien établi vers ce fil, dans un navigateur compatible ou dans un lecteur approprié, permet de lire directement le fil de nouveautés ainsi visé, dans une mise en page simplifiée ou élaborée, selon les fils et les lecteurs. La plupart du temps, le lecteur RSS affiche un résumé de l'article suivi d'un lien. L'utilisateur peut donc prendre connaissance rapidement des nouveaux articles publiés sur un site en survolant les titres et les quelques lignes qui s'affichent. Il lui suffit enfin de cliquer sur le lien sélectionné pour accéder à l'intégralité de l'article.
Il est bien sûr possible d'établir des liens vers toutes sortes de fils RSS, selon les besoins et capacités de lecture. La plupart des lecteurs RSS permettent de classer les fils par groupes ou thématiques. Ainsi, l'utilisateur peut - par exemple - créer des sections aussi différentes que Presse France, Marchés publics ou encore Nouvelles technologies puis y poser des fils RSS correspondants. En s'organisant de la sorte, l'utilisateur peut effectuer sa veille sur les thématiques de son choix.

Les limites du système : le pull

La limite de ce type d'usage est qu'il s'agit toujours, au final, d'un produit de pull : l'utilisateur doit consulter son lecteur RSS pour découvrir les nouveautés. Certains sites de presse produisent des fils qui se renouvellent très vite.
Si l'utilisateur ne consulte pas son lecteur RSS, il peut très bien lui échapper des nouveautés. En effet, il s'agit d'un outil de flux d'information et non de stockage.
Pour compenser en partie cette limite, certains navigateurs - comme Firefox - offrent la possibilité d'ouvrir un volet latéral qui affiche en continu les nouveautés qui « tombent » des divers fils RSS choisis. Encore faut-il être en train de travailler sur son navigateur pour s'en apercevoir.
C'est pourquoi certains lecteurs spécifiques - notamment Alerte Info (cf. notre Panorama des lecteurs) - offrent une fonction d'alerte visuelle qui s'incruste sur le bureau de l'ordinateur dès qu'une nouvelle tombe sur un des fils RSS choisis. Mais ce système peut s'avérer rapidement envahissant, surtout si l'utilisateur possède un répertoire de fils RSS assez conséquent.

Relayer un fil RSS sur son site (internet ou intranet)

Le RSS, outil de syndication de sites

Un autre usage tout à fait intéressant relève de la syndication de sites. Ce concept recouvre toutes les possibilités techniques données à des sites de relayer les informations issues d'autres sites, sans pointer vers ceux-ci, mais au contraire en intégrant automatiquement l'information issue de ceux-ci. De sorte qu'un site affichera à la fois les informations éditées par son responsable, mais aussi celles provenant d'autres sites dont il rapatrie et remet en page automatiquement les données sur son propre site.
La technique du flux RSS permet cette syndication de contenus, pour peu que le site d'accueil dispose d'un outil spécifique nommé parseur (en anglais parser) ou analyseur de contenu, chargé de décrypter le code source du fil et de remettre en forme les données pour leur publication sur le site d'accueil.
De sorte que les flux RSS peuvent se révéler d'excellents outils pour intégrer des informations issues d'autres sites sur un intranet.
Par exemple, de plus en plus d'organes de presse proposent aujourd'hui un fil RSS général ou plusieurs fils thématiques. Il est donc possible de bâtir automatiquement une sorte de revue de presse sur un site intranet, en relayant les fils des divers organes de presse utiles pour les usagers de l'intranet.
Des outils existent pour créer sa propre page personnalisée avec une sélection des fils d'info qui seront regroupées sur la même interface et visibles au premier coup d'œil. Parfois, certaines fonctionnalités permettent de partager l'information, envoyer une information par e-mail ou encore publier des contributions dans la logique des blogs.

Les limites d'une technique de flux

La limite reste la même que ci-dessus ; on est toujours dans de la logique de pull : le contenu du fil étant renouvelé régulièrement, l'information peut changer très rapidement et aucun archivage des flux ne se faisant (sinon on parlerait de stock et non de flux), un usager de l'intranet pourra passer à côté de certaines nouvelles s'il ne s'y connecte par régulièrement.

Être alerté des nouveautés sur un fil RSS

Plus récemment, des outils ont été développés, permettant de recevoir un fil RSS dans sa messagerie. On passe ainsi du pull au push : l'information est poussée vers l'usager qui la reçoit directement dans son logiciel de messagerie.
Autre intérêt : les fils d'information sont stockés sur son poste de travail, ce qui facilite un meilleur retraitement des données. S'il faut parfois installer une application dans son client de messagerie pour pouvoir lire les flux RSS, certains logiciels offrent cette fonction par défaut. C'est le cas, par exemple, de Thunderbird.
Il existe une autre solution très souple qui se nomme Rmail !
Plus la peine de posséder un logiciel de messagerie capable de prendre en charge les flux RSS. Il suffit de se rendre sur le site de Rmail !, d'intégrer l'adresse du fil d'information ainsi que son adresse e-mail dans le formulaire présent sur la page d'accueil puis de cliquer sur le bouton Subscribe.
Une fois son adresse e-mail validée, l'utilisateur recevra directement des alertes dans son client de messagerie sous forme d'emails. Il lui suffira ensuite de cliquer sur un lien contenu dans un des messages pour accéder à l'article intégral. Un autre avantage de la solution Rmail ! repose sur sa portabilité. Ainsi, la lecture des flux RSS n'est pas étroitement associée à un client de messagerie installé, par exemple, sur son lieu de travail. Même en déplacement, en se connectant à son compte par le Webmail, il sera toujours possible de consulter les dernières alertes RSS.

Usage émergent pour la veille

La technologie du fil RSS s'affine. Il devient aujourd'hui possible de personnaliser un fil RSS, notamment en sélectionnant des « filtres » à partir de mots-clés, c'est-à-dire que l'inscrit à un fil RSS ne recevra que les nouveautés qui contiennent les mots-clés choisis. Cela va ainsi plus loin que les fils RSS thématiques proposés par beaucoup d'organes de presse.
Pour un exemple, Les Echos offrent ce type de service, expliqué sur cette page :
http://www.lesechos.fr/rss/description_rss.html
Combinés à la réception par mail, la technologie peut parfaitement constituer un outil d'alerte personnalisée, intégré dans un dispositif de veille (voir Les fils RSS/Atom et la veille).
Certaines bibliothèques universitaires américaines utilisent de tels fils RSS pour tenir informés leurs lecteurs de nouvelles acquisitions les concernant directement.

Faciliter la DSI sur un intranet

On voit donc tout le parti qui peut être tiré d'une telle technique. Entièrement implantée sur un intranet (diffuseur de fil RSS côté serveur et dispositif de réception par mail côté usager) cette technologie ouverte et libre peut assurer les fonctions d'un outil de DSI (Diffusion sélective d'information) automatisée et personnalisée : tout ce qui est produit sur le site peut être filtré et diffusé à partir des profils sélectionnés par les usagers. Les liens vers les pages pertinentes peuvent leur être envoyés dans leur messagerie.

À suivre...

Pour ne pas conclure, gageons que la technologie va encore s'affiner pour donner chaque jour plus de rayonnement à ce système relativement simple à mettre en œuvre. Au titre des attentes, on peut regretter aujourd'hui qu'aucun lecteur RSS ne soit développé pour un logiciel de messagerie aussi répandu que Outlook Express (à ne pas confondre avec Outlook). Le seul logiciel de messagerie intégrant un lecteur RSS semble bien être Thunderbird, de la fondation Mozilla.

|cc| Didier Frochot - Fabrice Molinaro - mai 2006

voir aussi :

RSS, définitions et historique - Atom, présentation - Comment lire les flux RSS ? Panorama des lecteurs/agrégateurs RSS - Les fils RSS/Atom et la veille