Le 26 juillet 2005, Olivier Andrieu annonçait en exclusivité - sur la liste de diffusion Motrech - la naissance d'un nouveau moteur de recherche baptisé Mozbot, nom contractuellement emprunté au robot IRC développé par Mozilla.

En fait, le moteur Mozbot constitue l'aboutissement d'un projet plus ancien : Reacteur.com, créé en 2003, qui a longtemps joué un rôle de laboratoire d'idées dans le domaine de la recherche d'informations sur le Web. Mais c'est en signant un partenariat avec Google que les choses se sont accélérées pour Olivier Andrieu et son équipe.
L'idée principale de Mozbot est de reprendre les résultats de Google tout en proposant des fonctionnalités parfois bien pratiques - non proposées par le célèbre moteur de recherche.

La recherche avec Mozbot

L'interface est dépouillée comme sur Google. Une recherche sur Mozbot (http://www.mozbot.fr) donnera les mêmes réponses que sur Google. Le plus consiste en certaines fonctionnalités qui apportent un confort indéniable lors d'investigations sur le réseau mondial.
Alors que le site www.google.fr effectue par défaut ses recherches sur le Web mondial, Mozbot propose, lui, d'abord, la recherche sur le Web francophone. Un choix qui répond bien aux attentes d'une majorité d'internautes francophones.
Pour ceux qui choisissent de rechercher sur le Web international, les résultats sont limités - par défaut - à deux langues, le français et l'anglais.
Mozbot se distingue aussi de Google par la présentation des résultats. Ainsi, Mozbot affiche la définition de la requête en question (si celle-ci existe) ainsi qu'une suggestion de mots connexes (synonymes, correction orthographique, expression connexe, etc.). Pour une recherche sur le mot-clé « fonctionnaire », Mozbot propose les suggestions suivantes pour élargir sa recherche : « concours fonction », « fonction publique » ou encore « devenir fonctionnaire ».
Mozbot permet à l'internaute d'accéder facilement à l'historique de ses recherches grâce au menu déroulant (« Vos 20 dernières recherches ») qui s'affiche aux côtés du nombre de résultats.

Chaque résultat se voit également associé à une série de liens qui peuvent s'avérer très pratiques :
* « Infos » proposant des informations - si elles sont disponibles - sur le site web en question : propriétaire, adresse, coordonnées, copie d'écran, etc.
* « Mettre en favori » permettant en un clic d'ajouter la page en question dans les favoris ou signets de votre navigateur.
* « Exclure ce site » permettant d'écarter le site en question des résultats des prochaines recherches. Il est bien sûr toujours possible d'annuler cette action par la suite.
* « Envoyer par mail » pour envoyer l'adresse d'un résultat de recherche par messagerie à un tiers.
* « Historique » qui affiche soit la page disponible dans le « cache » de Google, soit des versions archivées de ce document.
* « Pages similaires » pour accéder à des documents de même nature (quand ils existent) que celui proposé dans les résultats.

Mozbot permet aussi d'ouvrir le résultat dans une nouvelle fenêtre grâce à la petite icône - sous forme de flèche - qui s'affiche à droite de chaque résultat : très pratique pour conserver sa page de résultats tout en ouvrant un par un les sites proposés par le moteur. Il existe aussi un lien en bas de chaque page : « Envoyer cette page de résultats à un ami », qui permet de faire partager le fruit de ses recherches à son entourage.
Enfin, très confortable, l'affichage des liens « Google Images » et « Google Actu » en haut de la boîte de recherche de Mozbot permet de basculer directement sa requête sur le service d'actualité ou sur la base de données d'images de Google.

La syntaxe d'interrogation

Les utilisateurs ne connaissent pas souvent la syntaxe d'interrogation propre au moteur de recherche et se contentent de saisir des mots clés les uns à la suite des autres, mais la forme de la requête a des conséquences sur la pertinence des résultats. La syntaxe d'interrogation de Mozbot est bien sûr similaire à celle de Google.
Un espace entre deux mots équivaut, dans Mozbot, à l'opérateur « ET » (ou « AND »). La requête :: fonction publique :: lancera une recherche sur les pages contenant ces deux termes.
Mozbot prend également en compte les expressions. La requête « fonction publique » (entre guillemets) donnera des pages contenant la chaîne de caractères « fonction publique ».
Par ailleurs, Mozbot ne tient pas compte de la casse des lettres. Toute lettre en majuscule sera donc automatiquement interprétée comme une lettre minuscule.

Personnaliser son moteur

Mozbot offre des possibilités pour personnaliser son moteur de recherche. Il est possible d'y accéder en cliquant sur le lien « Personnaliser » (ce service a changé, pour personnaliser ses recherches voir www.mozbot.fr/syntaxe-fr.html )
La recherche s'effectue - par défaut - sur le Web francophone, mais on peut configurer Mozbot pour rechercher par défaut sur le Web international. Il est également possible de choisir la (les) langue(s) dans lesquels les résultats apparaîtront.
La page de personnalisation permet encore à l'internaute de gérer sa liste d'exclusion ou encore d'activer l'option « Thumbshot » qui permet d'afficher une copie d'écran du site lorsqu'on passe la souris sur le titre d'un lien.
Enfin, plus « gadget » : la possibilité de choisir sa couleur d'interface parmi 7 « parfums » (menthe, lavande, chocolat, fraise, pistache, réglisse et groseille).

|cc| Fabrice Molinaro - février 2006

Voir aussi : Le moteur Google - Le moteur Yahoo