L'explosion du numérique a permis d'accroître les opportunités pour la transmission de notre mémoire individuelle et collective. Œuvres littéraires, traités historiques, décrets ou circulaires gouvernementales, documents stratégiques d'une entreprise, photos personnelles d'un individu... Il semble qu'il n'y ait plus de limite à la constitution d'un véritable patrimoine culturel ou d'information sur support numérique.

Avec les nouveaux outils dérivés de l'informatique, chacun peut disposer désormais de son propre patrimoine numérique et peut être concerné par ces nouveaux enjeux. Les projets se multiplient. Les possibilités également. Cela concerne aussi bien le patrimoine des nations, des entreprises que celui des individus.
Avant toute chose, il convient de définir le concept de patrimoine numérique pour ensuite évoquer un processus poussant à une dématérialisation toujours croissante de l'information. Enfin, nous nous arrêterons sur le concept nouveau de numérité qui s'est peu à peu opposé à celui de numérisation.

Définition

La notion de patrimoine numérique, suppose la prise de conscience de la notion de patrimoine, et notamment la grande diversité des sources et des acteurs. En effet, le patrimoine peut prendre diverses formes : patrimoine culturel d'une nation, patrimoine intellectuel des entreprises mais également patrimoine documentaire et d'information personnel.

Cette notion n'est bien sûr pas nouvelle et on connaît déjà, dans l'histoire de l'humanité des démarches volontaristes de conservation du patrimoine : depuis la bibliothèque d'Alexandrie jusqu'à l'actuel métier d'archiviste en passant par la création de la bibliothèque royale et du dépôt légal par François 1er. La nouveauté de la dimension numérique est que la notion de patrimoine peut se démocratiser considérablement.
L'explosion de l'informatique a permis d'ouvrir de nouvelles perspectives pour la transmission de la mémoire. Des concepts nouveaux sont apparus tels que numérisation et numérité (cf. plus loin). Mais si le numérique apporte un certain nombre d'avantages, cette technologie n'en possède pas moins ses propres limites.

Le patrimoine numérique est constitué de l'ensemble des documents d'origine numérique ou convertis sous forme numérique. Dans le premier cas, les documents ont été élaborés dans un environnement purement informatique (ce qu'on désigne aujourd'hui par le concept de numérité). Ce type de documents existe donc uniquement au format numérique initial à moins que l'utilisateur n'ait décidé d'en faire une copie en l'imprimant sur un document au format papier.
Dans le second cas, il s'agit de documents, initialement issus d'un format non numérique (une photo, une lettre, etc.), qui ont été convertis au format numérique par le procédé de numérisation.

Le patrimoine numérique peut être représenté par une variété importante de documents : textes, sons, images fixes et animées, bases de données, logiciels, images, etc.
Chacun peut participer à la constitution d'un patrimoine numérique du moment qu'il possède du matériel informatique. Il s'élabore, en particulier, chaque jour, au sein des entreprises. Enfin, les institutions étatiques et para étatiques mettent en place des projets pour sauvegarder le patrimoine des nations.
Le patrimoine numérique peut donc être considéré comme l'ensemble des documents et informations stockés au format digital dans le cadre de politiques de conservation mises en place par les individus, les sociétés et les institutions.

Vers une dématérialisation croissante

L'apparition du numérique ouvre des perspectives immenses pour la conservation de la mémoire de l'humanité, au moins par un de ses aspects essentiels : la conservation et la duplication se font sans déperdition de qualité.
Aujourd'hui, de nombreux projets sont lancés pour assurer la numérisation de notre patrimoine culturel. Ouvrages et textes de références, documents audio et vidéo... De grandes institutions mettent en place des stratégies pour garantir l'archivage et la préservation d'un véritable patrimoine numérique. En France, L'INA (l'Institut national de l'audiovisuel) a entrepris un plan de sauvegarde et de numérisation de notre patrimoine télévisuel, tandis que la BNF (Bibliothèque nationale de France) se penche sur l'archivage du web francophone. Chaque nation possède son propre patrimoine culturel, une histoire, des institutions et se préoccupe donc de mieux le conserver grâce au numérique. Cet ensemble participe à la constitution d'une mémoire qu'il convient de préserver, pour les générations à venir.
Par ailleurs, les entreprises privées ont de plus en plus recours aux solutions technologiques disponibles sur le marché pour gérer l'information interne et conserver leurs archives en toute sécurité. Aujourd'hui, le numérique apparaît comme un outil incontournable permettant d'optimiser la gestion et la conservation de l'information.
Les brochures commerciales, les méthodes de fabrication d'un produit ou la gestion des connaissances, en interne, constituent une richesse, un patrimoine propre à la société qui les produit.
Mais la démocratisation de l'outil informatique a permis aussi à un nombre grandissant de simples particuliers de manipuler des données de plus en plus volumineuses. Photos numérisées, fichiers audio au format MP3 (MPEG-1 Audio Stream Layer 3), e-mails, documents de travail...
Toutes ces données stockées sur disque dur, disquette ou cédérom peuvent constituer un patrimoine numérique personnel à la valeur inestimable.

Numérité / numérisation

La numérisation est un procédé de codage de l'information qui permet d'effectuer une copie de documents aussi divers qu'un manuscrit, une photographie, une vidéo ou une musique. Les avantages de la numérisation sont multiples : faible encombrement, duplication parfaite des données à l'infini, meilleure conservation dans le temps, optimisation de circulation des documents, mobilité et facilité de présentation des dossiers archivés, etc.
La numérisation permet ainsi de mieux conserver un document qui existe, par ailleurs, dans un format différent (souvent dit analogique).

Certains spécialistes emploient un nouveau concept : celui de numérité. Ce néologisme correspond à une réalité de plus en plus visible à l'heure de la société de l'information. En effet, contrairement à la numérisation qui effectue une copie d'un document déjà existant, la numérité définit l'état d'un document qui n'existe que sous format numérique. Ainsi, il n'existe aucune trace autre que numérique, sauf bien sûr, si on a généré un document d'un autre format à partir de ce dernier (tirage papier, bande magnétique analogique...).
La numérité concerne une masse de plus en plus importante de documents, créés dans un environnement informatique et ne disposant pas de copie au format papier : e-mails personnels, sites web, documents en traitement de texte, etc.
Ce concept est essentiel. Car la dématérialisation croissante des documents implique de mettre en place des politiques de sauvegarde et de conservation de l'information strictement numérique si l'on veut conserver une trace de ces documents sur le long terme.

|cc| Fabrice Molinaro - avril 2005

Voir aussi : Patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire ? - La conservation de notre patrimoine numérique