Il existe, aujourd'hui, de nombreuses possibilités pour consulter ses e-mails. Si la plupart des utilisateurs ont recours à un logiciel-client (Mozilla Thunderbird, Microsoft Outlook, Eudora, etc.) installé sur leur ordinateur, d'autres optent pour des solutions nomades permises par la multiplication de la convergence entre technologies. Citons, par exemple, le PDA (Personal Digital Assistant) ou encore le téléphone mobile. Entre ces deux axes, existe une solution que l'on pourrait qualifier d'intermédiaire et qui est désormais très usitée sur l'Internet. Il s'agit du webmail.

Le webmail se présente pour l'usager sous l'aspect d'un site Web qui utilise les mêmes fonctions qu'un logiciel de messagerie sans qu'aucune installation particulière ne soit nécessaire. Avec la messagerie électronique basée sur un client, comme Eudora, le logiciel installé sur son ordinateur accède à un serveur de messagerie distant. Avec la messagerie électronique basée sur le Web, l'utilisateur accède à un site web pour envoyer et recevoir ses messages. Le seul logiciel nécessaire, pour gérer ses messages, est un navigateur web.

Avantages du webmail

Le courrier électronique basé sur le Web possède un certain nombre d'avantages. Ainsi, un webmail permet de consulter ses messages depuis n'importe quel ordinateur connecté à l'Internet, sans distinction de lieu. Que ce soit depuis une borne d'accès à Internet d'un grand hôtel ou bien de l'ordinateur portable d'un ami.
Pour ceux qui partent régulièrement à l'étranger, le webmail constitue une solution idéale pour continuer à consulter ses messages. En effet, l'abonné à un FAI (fournisseur d'accès Internet) utilise un numéro d'appel national pour se connecter à l'Internet. Ce numéro peut parfois fonctionner dans un autre pays mais coûte très cher. L'utilisateur peut aussi avoir souscrit un abonnement auprès d'un FAI à vocation internationale comme Compuserve. Mais l'abonnement est souvent très élevé.
Avec un webmail, l'utilisateur doit se contenter de trouver un poste connecté à l'Internet - comme dans un cybercafé par exemple - pour accéder à ses messages. Il n'y a plus d'obstacles, ni avec le numéro d'appel, ni avec le logiciel de messagerie qu'il faudrait re-paramétrer, en se connectant à partir d'un ordinateur différent.
Souvent d'ailleurs, les utilisateurs utilisent à la fois un e-mail fourni par leur FAI et un e-mail créé à partir d'un service de webmail.
Attention à ne pas opposer systématiquement webmail et e-mail fourni par un FAI. Aujourd'hui, presque tous les FAI offrent également un service webmail à leurs abonnés. Ces derniers peuvent donc consulter leurs messages, à la fois à partir d'un client de messagerie - sur leur ordinateur - et du service webmail, sur n'importe quel ordinateur. A ce titre, le protocole IMAP (de l'anglais Internet Message Access Protocol), à savoir le protocole de messagerie, permet de relever son courrier tout en laissant une copie du message sur le serveur), adopté par certains FAI, constitue un bon compromis entre l'e-mail et le webmail.

Un autre avantage du webmail, lorsqu'il est indépendant du mail d'un FAI, réside dans la possibilité de conserver la même adresse de messagerie électronique aussi longtemps qu'on le désire. À moins, bien sûr, que la société fournissant le service de webmail ne disparaisse, ce qui est relativement rare. Quand une société est rachetée, les utilisateurs peuvent souvent garder leur e-mail malgré l'intégration du prestataire dans une plus grande structure au nom souvent différent.
Le webmail permet donc de garder la même adresse si l'on change par ailleurs de FAI. N'oublions pas, en effet, qu'une personne qui résilie son contrat avec un FAI perd du même coup toutes les adresses e-mails créées chez ce FAI. Même si le FAI propose un service webmail, il est donc conseillé d'ouvrir un autre compte sur un service webmail indépendant et gratuit qu'on pourra ainsi conserver.

|cc| Fabrice Molinaro - janvier 2005

Lire aussi : Le webmail dans la pratique