Depuis le 17 octobre, la plateforme cybermalveillance.gouv.fr est ouvert à tous pour recevoir une aide en cas de cybermalveillance. Ce néologisme aisément compréhensible couvre à la fois une partie des atteintes à l'e-réputation mais surtout les autres phénomènes qui concernent les atteintes aux personnes et à leurs outils de communication sur internet ou en téléphonie mobile.

Faisant suite à une expérimentation de juin à octobre de cette année dans la région des Hauts-de-France, et au regard de l’augmentation du nombre d’attaques informatiques notamment de types rançongiciel et hameçonnage, la prévention et l’assistance technique de proximité portées aux victimes d’actes de cybermalveillance – particuliers, entreprises (TPE/PME) et collectivités territoriales jusqu’alors non accompagnés – constitue un objectif prioritaire.

Ce dispositif, gratuit, s’appuie d’une part sur les prestataires techniques de proximité et d’autre part sur les réseaux existants au niveau territorial, qu’il s’agisse des administrations de I‘État (Gendarmerie, Police, représentants locaux de I’ANSSI) ou des collectivités et acteurs locaux (chambres consulaires, fédérations professionnelles, réseaux « transition numérique », etc.)

En savoir plus

Annonce du lancement de la plateforme sur le site de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) :
https://www.ssi.gouv.fr/agence/cybersecurite/cybermalveillance-gouv-fr/
Dossier de presse du lancement du site (pdf, 1.3 Mo) :
https://www.ssi.gouv.fr/uploads/2017/06/dossier-presse-lancement-national-cybermalveillance-gouv-fr.pdf

Accès au site cybermalveillance.gouv.fr : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/