Le cabinet Deloitte a commandé une étude pour savoir comment les entreprises du monde entier perçoivent les enjeux liés à leur réputation. 300 dirigeants de tous les secteurs industriels et de toutes les zones géographiques ont ainsi été interrogés. 

L'étude montre que les risques liés à la réputation seraient à tel point importants qu’ils menaceraient l’existence même des entreprises.

C'est ainsi que 87% des dirigeants interrogés estiment que le risque de réputation est « très important » ou « extrêmement important ». Ils sont donc très conscients des risques liés à leur image auprès du public mais aussi du côté des éventuels investisseurs. Selon une autre étude du Forum économique mondial, plus d’un quart de la valeur d’une entreprise dépendrait de cette réputation. L’enquête de Deloitte va donc plus loin en affirmant qu’une crise de réputation peut mettre en péril une entreprise.

Pour les répondants, la responsabilité du risque de réputation relève des plus hauts niveaux de la hiérarchie : PDG (36%), responsable de la gestion des risques (21%), conseil d’administration (14%), ou directeur financier (11%).

Le risque de réputation est corrélé à un grand nombre d’autres risques, particulièrement ceux liés à l’éthique et à l’intégrité (comme la fraude et la corruption). Les risques relatifs à la sécurité sont également connexes, notamment les intrusions physiques et électroniques. Viennent ensuite les risques liés aux produits et services (sécurité, santé et environnement).

Face aux risques, les mesures prises paraissent encore insuffisantes. 58% des dirigeants disent avoir investi dans des systèmes de veille pour essayer de détecter les problèmes au plus vite. Mais cela ne suffit pas face aux risques plus indirects (fautes des sous-traitants, dangers naturels, attaques venant de la concurrence, etc.).

D'où la nécessité aujourd'hui de déployer également une véritable stratégie pour tenter de maîtriser au mieux son e-réputation (cyber-réputation ou web-réputation ou simplement réputation numérique). Un aspect qui reste encore relativement négligé alors qu'aujourd'hui, beaucoup d'informations (positives comme négatives) passe par les réseaux sociaux.

Pour consulter cette étude : www2.deloitte.com/fr/fr/pages/risque-compliance-et-controle-interne/articles/reputation-at-risk.html

Au service de votre réputation

Voir notre blog spécialisé sur l’e-réputation : www.votre-reputation.com
Et spécialement la rubrique Entreprises et dirigeants : http://www.votre-reputation.com/entreprises-et-dirigeants/