La presse s’en fait l’écho, Google a commencé à déréférencer certains liens concernant des particuliers qui en avaient fait la demande, allégeant ainsi potentiellement leur e-réputation (cyber- ou web-réputation ou réputation numérique).

Résumé des chapitres précédents…

Rappelons qu’à la suite de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 13 mai dernier (notre Actualité du 16 mai) lui enjoignant de retirer de ses résultats de recherche toute les références aux personnes ressortissantes de l’Union européenne, sur simple demande de celles-ci, Google a mis en place, le 29 mai, un formulaire pour faciliter — et canaliser — la demande de déréférencement des particuliers. En effet le géant américain avait été submergé de demandes dès le lendemain de la décision de la CJUE.

Toutes les personnes qui ont donc utilisé ce formulaire, auront reçu un aimable courriel d’attente, expliquant la situation d’engorgement et assurant des efforts faits par Google pour régler les choses au plus vite. Un deuxième courriel pour patienter est ensuite également envoyé quelques jours plus tard.

Les premiers effacements

Les premiers déréférencements effectifs ont donc commencé le 26 juin, soit environ six semaines après l’arrêt de la Cour.

Des procédés restrictifs qui restent contestables

Nous continuons de contester certaines positions restrictives de Google quant aux exigences de l'arrêt de la CJUE (voir nos actualité passées en références ci-dessous et celles encore à venir), mais nous pouvons cependant prendre acte que la procédure mise en place constitue un premier pas dans le respect des libertés et droits fondamentaux de tout citoyen.

En savoir plus

Lire notre série d’actualités sur le sujet : E-réputation : le déréférencement par Google ne règle pas tout :

Au service de votre e-réputation

Voir aussi nos prestations Au service de votre e-réputation
Action : Nettoyage du Net et Redressement d’image
Prévention : Communication positive et Suivi d’image