Le blog Boulevard de l'info signale récemment dans un article à l'intitulé provocant que "Google n'est plus un moteur de recherche". Affirmation qui suscite des contestations via les commentaires du blog. L'auteur, François JEANNE-BEYLOT, s'appuie sur les statistiques des mots les plus souvent recherchés sur Google et sur son expérience de formateur.

Notre expérience de formateurs rejoint tout à fait celle de l'auteur ; cependant nous n'en tirerons pas la conclusion que Google n'est pas ou plus un moteur de recherche, mais que - autre proposition dans l'article - la plupart des internautes, ignorants des richesses des outils de recherche parce que non formés, se servent de Google comme d'un prolongement de leur navigateur. Comme l'auteur, nous avons souvent vus en formation les plus néophytes de nos stagiaires taper une adresse URL qu'on leur donnait dans Google et non dans la barre d'adresses du navigateur. C'est cependant assez marginal, au sein des publics que nous touchons (documentalistes, chargés d'information, juristes...)

Cet article a le mérite de mettre les pieds dans le plat et nous n'hésitons pas reprendre le flambeau. Nous ne savons pas comment les choses se passent hors de France, mais il est certain que notre beau pays souffre d'un déficit de formation à la recherche d'information, et ce, depuis l'école primaire et secondaire.

Nous avons déjà signalé ce fait dans une récente actualité (4 novembre 2008) sur la nécessaire formation des étudiants à la recherche d'information. 

Si au niveau de l'enseignement supérieur, la question n'est encore pas résolue, il ne faut pas s'attendre à ce que la grande masse des internautes, de toutes formations et de tous métiers, puissent tous connaître ne serait-ce que les bases les plus élémentaires de la recherche sur des outils aussi puissants que ces moteurs de recherche avancés que sont Google, Yahoo, Live et les autres...

On peut donc se demander si les outils de recherche en ligne sans cesse plus affinés et plus performants sont destinés au plus grand nombre... L'ombre de la fracture numérique revient : il est évident qu'il y a ceux - peu nombreux et initiés - qui maîtrisent parfaitement les outils, et les autres.

Mais, comme pour toute connaissance, celle-ci peut s'acquérir par tout un chacun s'il le désire. Et la démocratisation du Web 2.0 est là pour rendre les outils plus accessibles et l'auto-formation plus aisée. 

Cependant, ne nous le cachons pas : les richesses et la puissance des outils de l'Internet restent fermées au plus grand nombre, faute d'une bonne formation, sans parler des préventions naturelles de beaucoup contre l'outil informatique, vécu comme magique ou barbare...

La seule différence avec d'autres époques et d'autres conditions d'accès difficiles et coûteuses aux savoirs et aux méthodes, l'auto-formation sur Internet est accessible à tous, il suffit de le vouloir, les sites didactique ne manquent pas.

L'article de François JEANNE-BEYLOT, en date du 30 décembre 2008 :
http://fjb.blogs.com/weblog/2008/12/google-nest-plus-un-moteur-de-recherche.html