La 30ème Conférence mondiale de protection des données et de la vie privée se tiendra à Strasbourg, dans l’hémicycle du Conseil de l’Europe, du 15 au 17 octobre 2008. Son thème :  Protéger la vie privée dans un monde sans frontières.

Aujourd’hui, les données à caractère personnel en disent long sur notre vie privée, sur notre intimité, sur nous-mêmes. Elles circulent librement dans notre monde désormais sans frontières.

Sans frontières car :

  • La mondialisation et l’externalisation des acteurs économiques entraîne un échange toujours croissant des données personnelles ;
  • Internet représente une vitrine ouverte au monde qui brouille les limites entre l’espace public et l’espace privé ;
  • La pression sécuritaire au nom de la légitime lutte contre le terrorisme ouvre l’accès à un grand volume de données au profit d'un nombre croissant d’autorités publiques ;
  • La société numérique avec ses instruments (moteurs de recherche, réseaux sociaux, RFID, géolocalisation, biométrie, etc.) nous accompagne à chaque étape de notre vie en installant un traçage individuel permanent sans frontières dans l’espace et aussi dans le temps.

Dans ce contexte, que reste-t-il de notre « bulle » de vie privée ? Comment les autorités de protection des données peuvent-elles encadrer ce phénomène et sensibiliser les citoyens, notamment les plus jeunes, à la fragilisation de leur vie privée, cet espace en voie de disparition ? Quels outils de régulation peuvent être mis en place dans un monde globalisé où les législations nationales seules ne suffisent plus ? Quels modèles mettre en avant pour les pays qui ne sont pas encore dotés de législation ?

Source : communiqué de la CNIL du 19 septembre 2008.

Souvent décriées ou jugées trop timorées, parfois occupées par des militants libertaires (notre brève du 28 décembre 2007, sur l'occupation et la dissolution de la CNIL, le 14 décembre), les instances de protection des données à caractère personnel des États démocratiques du monde restent malgré tout les garantes de nos libertés de citoyen face à la tentation du fichage des administrations et des gouvernements. Il est bon que les débats sur le fichage de telle ou telle catégorie de personnes soient médiatisés, voire politiquement instrumentés. Cela permet au grand public de prendre conscience des dangers, mais aussi des droits que chacun détient.

Rappelons à nouveau que la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) ne peut agir seule en surveillant les tentations d'intrusion dans la vie privée de chacun. Il appartient donc à chaque citoyen d'être vigilant et de saisir la Commission lorsqu'il estime qu'on empiète sur sa vie privée de manière illicite. Rappelons qu'à ce titre les Français sont plus passifs que d'autres à cet égard (lire la fin de notre brève du 17 juillet 2008).

Signalons aussi que les lois de protecion des données à caractère personnel sont un des instruments juridiques efficaces de lutte contre l'e-réputation (web-réputation ou réputation numérique) négative des individus, comme le suggère le communiqué ("Internet, vitrine ouverte au monde qui brouille les limites entre l'espace public et l'espace privé" — "société numérique... installant un traçage individuel permanent sans frontières dans l’espace et aussi dans le temps"). 

Le site de la CNIL : www.cnil.fr

Le communiqué complet de la CNIL du 19 septembre : www.cnil.fr/index.php?id=2521

Voir aussi notre offre en e-réputation : http://notre-offre.les-infostrateges.com/competence/e-reputation
Voir notre dossier spécial E-réputation : http://www.les-infostrateges.com/article/0807348/dossier-special-e-reputation